Le choc des valeurs

italiatelegraph

 

 

 

 

 

Dr.Rachid Hamimaz

 

 

 

Il y a plus de trente ans, un auteur américain, Samuel P. Huntington, a écrit un livre qui a eu un impact important et a suscité de nombreux débats et critiques : “Le Choc des civilisations” (titre original en anglais : “The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order”). Sa thèse était que les conflits futurs sur la scène mondiale seraient principalement de nature culturelle et religieuse plutôt que idéologique ou économique. Il estimait que l’Occident et l’Islam, en particulier, seraient en opposition fréquente en raison de différences culturelles profondes.

Cette thèse de Samuel P. Huntington est un échec retentissant car elle suppose que les valeurs défendues par l’Occident chrétien ou laïque seraient en opposition avec celles défendues par l’Orient islamique. L’actualité de la tragédie et du génocide palestinien a montré tout le contraire. En Occident comme en Orient, le sentiment d’indignation révèle une communauté de valeurs humanistes et universelles partagées, qui s’opposent à des valeurs inversées défendues aussi bien en Occident que dans certain pays d’Orient par des régimes et des élites politico-médiatiques.

C’est l’humanité qui s’est exprimée de la même manière dans les campus universitaires américains, à Sciences Po Paris ou dans les rues marocaines ou arabes. Des peuples de races et de religions différentes se retrouvent autour de valeurs communes propres à l’humanité. De l’autre côté, des valeurs xénophobes et suprémacistes se retrouvent dans des mouvements d’opposition qui s’expriment au sein des enceintes parlementaires ou dans l’arène médiatique.

Le choc n’est donc pas entre civilisations, mais entre des conceptions différentes de valeurs, entre l’humanité et l’inhumanité, entre une civilisation humaine et une civilisation inhumaine mue par des intérêts et des pulsions raciales et suprémacistes, à l’image de ce que nous pouvons voir dans le règne animal de la préhistoire.

Dans ce choc des valeurs, il apparaît que l’Islam est une religion universelle qui défend des valeurs universelles. Contrairement aux affirmations des mouvements d’extrême droite en Europe, l’Islam n’est pas en contradiction avec les valeurs des démocraties modernes. Au contraire, il est au cœur même des véritables valeurs de ces démocraties. Le Prophète (ﷺ) ne peut être une « miséricorde pour les mondes » comme le décrit Dieu dans le Saint Coran, s’il n’est pas porteur des valeurs universelles auxquelles ce monde croit. La miséricorde consiste précisément à relier et à connecter ces valeurs partagées à Dieu. Le « parachèvement des valeurs » ainsi que l’a qualifié le Prophète (ﷺ) pour décrire sa mission. Et c’est cela le maillon manquant qu’apporte cette « miséricorde pour les mondes ».

L’hostilité à l’Islam chez les partisans des valeurs inversées est une hostilité contre cette connexion. En combattant l’Islam, ils combattent les valeurs universelles. En combattant les valeurs universelles ils combattent Dieu. Et en combattant Dieu, ils perdront.

italiatelegraph


Potrebbe piacerti anche
Commenti
Le opinioni espresse nei commenti sono degli autori e non del italiatelegraph.
Commenti
Loading...