La Crise Maroc Espagne : Légitimité VS Avidité Impérialiste

italiatelegraph

 

 

 

 

 

 

*TOUGHARAI WAFA

 

 

 

Une nouvelle escalade de mauvais goût conditionnée par la nostalgie de l’esprit colonisateur et dictateur ainsi que par l’absence du bon sens politique et diplomatique chez les responsables espagnols .

Tirant profit indignement de l’affaire de la frontière , le gouvernement espagnol n’a pas dissimulé son animosité historique vis à vis des intérêts suprêmes du royaume et de son rôle régional et continental .

Bien des questions pertinentes s’imposent quand on fait le point sur la dernière dérive dans la relation maroco espagnole . Ce qui sous- entend que le bras de fer entre les deux pays n’est pas un éphémère faux pas ou un tour de passe passe désuet de la part des responsables espagnols . C’est un signe expressif et sans équivoque que notre voisin méditerranéen fonce dans le brouillard avec le même esprit de l’hégémonie et de la prédation . Les enjeux sont tellement énormes et les cartes déjà brouillées sont difficiles à manier pour les deux parties .

La crise entre le Maroc et l’Espagne n’a pas pour manchette principale une erreur désolante et inadmissible commise par nos autorités à l’égard des mineurs marocains qui se sont trouvés dans la trappe d’une décision médiocrement évaluée. Il ne s’agit pas en plus et seulement de la sottise imprudente et monumentale à savoir la protection inconditionnelle du chef du polissario prévenu de crimes contre l’humanité , quoi qu’elle reste un soufflet au front du gouvernement espagnol .

Le conflit entre le Maroc et l’Espagne ne se restreint pas à ces deux accidents fâcheux ayant toutefois servi à démasquer le double langage permanent de nos voisins .Toutefois les répercussions de l’affaire reflète le penchant raciste inné des responsables espagnols . Comme à l’accoutumée l’Espagne cherche à induire en erreur l’opinion publique européenne ainsi que l’Union elle même en avançant des prétextes précaires et des arguments d’apprentis en matière de stratégies et de politique extérieure de même qu’en vision diplomatique .

Il est à noter que depuis le siècle précédent les défenseurs des droits humains et les acteurs politiques engagés n’ont pas cessé de réitérer leur refus et leur opposition quant au rôle dévalorisant du Maroc en tant que gendarme des frontières européennes . Les acteurs et activistes en droits humains ont depuis des années déterminé leur position à ce propos . Ainsi et dans cette optique il est temps pour le Maroc de changer de politique vis à vis de l’Espagne et à l’égard du partenaire européen . Nous ne pouvons plus tolèrer cette position d’inclination d’un Maroc longtemps considéré par ses partenaires méditerranéens comme étant un dortoir de passage à la disposition des intérêts de l’Union Européenne . Un Maroc dont les richesses maritimes et naturelles sont depuis des décennies illégitimement surexploitées au préjudice des citoyens marocains .

les cartes qui instaurent les nouvelles règles du jeu sont les mêmes abusivement manoeuvrées par nos adversaires ingrats et opportunistes ainsi que par les ennemis de notre intégrité territoriale . De la question du Sahara marocain à celle de nos richesses naturelles en mer et en terre , à notre positionnement géostratégique et géopolitique exceptionnel , c’est à dire sur des plans qui dépassent de loin le critère géographique , tels sont les points forts et marquants du Maroc . Des supports de fond à remettre sur la table de la négociation mais d’ores et déjà dans les règles de l’art et selon la dimension gagnant gagnant . En outre nul et pas même nos antagonistes fiévreux , ne peuvent contester le rôle primordial voire irréfutable du Maroc face aux enjeux de défis énormes relatifs à la question de l’émigration . Le Maroc reste un acteur majeur dans le rééquilibrage de la situation de même qu’un partenaire incontournable dans la politique internationale de l’émigration notamment en cette conjoncture du Covid19 .

De plus , s’il y a des messages d’envergure à transmettre sur le plan de la politique internationale ou en rapport avec la diplomatie officielle du Maroc , ils ne seraient certainement pas le reflet de cette vision mineure et arriviste portée sur nous par nos voisins européens et à leur tête les responsables espagnols .Toutefois les relations d’intérêts communs et réciproques avec l’Espagne et l’Union Européenne , et partant de l’exigence ferme du devoir de respect de notre souveraineté et notre intégrité territoriale , ces relations ne peuvent plus dépendre de sédatifs ou de l’esprit de la mesquinerie du voisin , afin de calmer le jeu ou de détendre l’atmosphère à chaque nouvelle impasse .

De ce fait il serait judicieux de rappeler que le rôle de la médiation et du relais joué avec application par le Maroc depuis des années , notamment dans la question de l’émigration n’est plus à mettre en plan futile , et ce vu son positionnement et son poids , que ce soit sur le plan continental ou par rapport à la rive méditerranéenne .

Par conséquent il est à signaler que ce qui s’est passé lors du dernier affrontement diplomatique entre les deux pays , n’est que le prologue d’une conjoncture délicate dans la relation maroco espagnole . Le temps d’un Maroc assujetti aux règles du jeu caprices des intérêts démesurés des voisins et partenaires méditerranéens
est bien révolu .

*Acteur Politique et en Droits Humains .

italiatelegraph

 


Potrebbe piacerti anche
Commenti
Le opinioni espresse nei commenti sono degli autori e non del italiatelegraph.
Commenti
Loading...