Une catastrophe écologique à l’embouchure de la rivière Oum Errbia

italiatelegraph

 

 

 

 

 

*Dr.Al Houcine Driouache

 

 

L’embouchure de la rivière Oum Errbia est devenue une lagune d’eaux usées stagnantes, qui fait sortir divers types de poissons morts, produit des gaz à effet de serre et émet des odeurs désagréables et nocives, dans une zone fragile et sensible.

Pour éclaircir les causes de cette catastrophe, il y a lieu de rappeler que depuis ses sources à son embouchure, la rivière Oum Errbia reçoit d’énormes volumes d’eaux usées de différentes agglomérations et des unités industrielles avoisinantes sans aucun traitement préalable. Ces eaux contiennent un grand pourcentage de matière organique qui nécessite une grande quantité d’oxygène et d’un écosystème sain pour se décomposer. Ainsi, on retrouve dans ces eaux des quantités record d’azote, de phosphore, et de produits chimiques persistants toxiques pour les organismes vivants. Suite au facteur d’accumulation, l’estuaire de la rivière Oum Errbia reçoit une grande partie de la charge polluante, qui impacte négativement sur les côtés écologique et socio-économique de la région.

La fermeture partielle de l’estuaire, le pourcentage élevé de la charge polluante et le manque d’oxygène dans les eaux stagnantes, entraînent la mort des poissons et la fermentation de la matière organique. Ce processus libère des gaz à effet de serre, en l’occurrence du méthane et du dioxyde de carbone, et de l’Hydrogène Sulfuré responsable des odeurs désagréables.

Afin d’atténuer ces impacts négatifs sur l’environnement, il serait judicieux de procéder à l’aménagement de l’estuaire, d’accélérer la procédure du dossier de réalisation de la station d’épuration de la ville d’Azemmour, et de généraliser ces stations dans toutes les agglomérations et les unités industrielles le long de la rivière Oum Errabia.

*Dr.-Ing. en Biotechnologie de l’Environnement
Lauréat de l’Ecole Supérieure Technique de Karlsruhe,
Allemagne.

italiatelegraph


Potrebbe piacerti anche
Commenti
Le opinioni espresse nei commenti sono degli autori e non del italiatelegraph.
Commenti
Loading...